Omiya Football Stadium

Un peu de sport ?

4

Salut tout le monde ! Cela fait un bail non ?

Je m’excuse auprès de vous pour ce long silence, surtout que certains d’entre vous m’ont envoyé des e-mails d’inquiétude pour nous demander des nouvelles. Donc cessez de vous en faire ! Tout va bien !

Ce long silence est simplement du au fait que nous sommes rentrés en France, et oui, tout a une fin malheureusement (d’ailleurs, nous acceptons les dons et offres d’emplois sur place afin de pouvoir repartir, soyez généreux m’sieurs dames! :)) . Enfin c’est pourquoi j’avais décidé de mettre un peu le blog de coté afin de profiter pleinement des dernières semaines qui nous restaient au Japon.

Suite au retour dans notre maison, s’en est suivi une petite déprime bien compréhensible car entre le mauvais temps, l’actualité, la crise etc … Le retour à la réalité a été très difficile. C’est pourquoi j’ai préféré éviter de penser au Japon un petit moment et de ne plus écrire d’article, jusqu’à aujourd’hui.

Mais la vie continue ainsi que ce blog car j’ai encore pas mal de choses à vous raconter ! Donc ne nous quittez pas tout de suite!

Je tenais donc à remercier toutes les personnes qui se sont inquiétées pour nous dans cet article avant de commencer !

Merci à vous ! 😉

Bref, pour reprendre ce blog sur les chapeaux de roue, je vais vous raconter un de mes meilleurs souvenirs du Japon !

Omiya Football Stadium

Et oui ! Un match de foot ! Le mec qui va à l’autre bout du monde pour aller voir du football ! Si, si!

Il faut savoir que le sport et le football en particulier m’ont permis d’avoir une grande sociabilité au Japon, même si le sport numéro un reste le baseball ou le « やきゅう » (Yakyū) en japonais. En effet, presque tous les dimanches je pratiquais le « futsal » (football en salle) avec mes amis japonais, ce qui m’a permis de rencontrer plein de monde dont Takechi qui adore le « soccer » et qui est surtout un grand fan l’équipe de football de l’Ômiya Ardija. C’est donc logiquement qu’il m’a invité à aller voir un match avec lui et j’ai bien fait d’accepter.

Takechi nous avait pris des places debout en plein milieu du cop de supporters et ce fut vraiment une expérience géniale ! C’était la première fois que je voyais des japonais aussi expressifs, joyeux et chantant avec zéro gramme d’alcool dans le sang !

La présence d’un occidental qui parle japonais dans les tribunes n’est pas passé inaperçue et c’est ainsi que tous les supporters autour de moi se sont mis à me poser plein de question sur ma présence ici et ma culture footballistique ! Suite à cela, le chef du cop de supporters m’a demandé de descendre des tribunes afin que je brandisse l’énorme drapeau de l’Ômiya Ardija frappé du symbole d’un écureuil.

Me voilà donc face à plus de 5 000 personnes qui m’encouragent pour que je secoue cet immense drapeau. Ce que j’ai fait … mais étant tellement doué de mes mains, il m’a fallu à peine 10 secondes pour que j’emmêle l’immense bout de tissu sur lui-même  ! Ce qui a eu le mérite de bien faire rire tout le monde ! Voyant que j’avais trop de talent pour le drapeau, ils ont préféré me passer le mégaphone pour que je chante une des chansons de l’équipe d’Ômiya ! Bref, c’est un de mes meilleurs moments de communion avec le peuple japonais !

Ma balle dédicacée par le défenseur Kosuke Kikuchi

Pour ce qui est du match de football, c’était du beau spectacle ! La qualité de jeu équivaut à la ligue 2 française mais avec un jeu beaucoup plus porté vers l’avant, plus spectaculaire et donc avec plus de but ! En effet, le match s’est scellé sur le score de 2 à 3, pour l’équipe de Shimizu S-Pulse malheureusement, ce qui a un peu gâché la fête !

Mais cela m’a permis encore une fois d’admirer le grand respect et le fair-play des Japonais. En effet, malgré la défaite et la maladresse de leur joueurs, les supporters n’ont jamais dit un mot de travers ou hué un joueur et ont continué à supporter de toute leurs forces leur équipe préférée.

Il en est de même pour les joueurs car suite à cette défaite, ils sont tous venus s’aligner devant la tribune des supporters pour s’incliner et crier « ごめんなさい! » (Gomen nasai!) ce qui veut dire « Nous sommes désolés ! ». J’ai vraiment trouvé cette image magnifique et surtout très humble par rapport à l’image que donne le footballeur sur notre continent …

Je vous laisse à présent admirer l’ambiance du stade grâce à cette petite vidéo :

Et ces quelques photos :

______________________________

Note:

Et TokyOdecadence pendant ce temps là? Et bien elle a laissé son homme à son football et en a profité pour aller se faire faire un nouveau tatouage, souvenir de ce séjour mémorable au pays du Soleil Levant (et du soleil surtout! comparé à la météo française du moment…). Bref, encore un peu plus d’encre dans la peau pour ne jamais oublier cette superbe aventure!

______________________________

La phrase du jour en Japonais:

にほんじんのともだちとおおみやにサッカのちあいをみにいきました。

Romanji : Nihonjin no tomodachi to Ômiya ni sakka (« soccer ») no chiai o mi ni ikimashita.

Traduction : Je suis allé voir un match de football à Ômiya avec mes amis japonais.
______________________________

Gundam taille réelle !

Une petite faim à Odaiba?

11

Bonjour tout le monde !

Gundam taille réelle !

Nous sommes bien revenus d’Okinawa, ne vous inquiétez pas!

Mais comme il y a encore énormément de photos à traiter toussa toussa, il faudra encore patienter un petit peu pour l’article sur notre petit voyage.

En attendant, pour ne pas trop déserter les lieux, on vous propose notre découverte d’hier tandis qu’on se baladait sur l’île artificielle d’Odaiba (si si, souvenez-vous, là où se trouve le Sega Joypolis dont on vous a déjà parlé!)

Bref, entre la découverte du musée du Gundam (appelé GunPla pour « Gundam Plaza ») et un peu de shopping, nous sommes tombés sur un nouveau restaurant à volonté assez génial. Le principal étant dit dans la vidéo, je ne vais pas faire de répétition ici, aussi je vous laisse profiter des images !

Pour les tarifs, compter environ 1 500 yens en journée et 2 000 yens à partir de 17h pour des adultes.

Devanture du restaurant

Vue du Kiyomizudera

Kyoto, capitale culturelle

9

Bonjour à tous!

Vue du Kiyomizu-dera

Nous revenons aujourd’hui avec un deuxième article consacré à Kyoto mais cette fois principalement ciblé sur ses aspects historiques et culturels.

En effet, comme mentionné précédemment, Kyoto à pendant longtemps été la capitale du Japon et de ce fait, la ville est chargé d’histoire et de traces de ce glorieux passé. C’est pourquoi cet article sera un peu plus long et peut-être un peu plus complet que d’habitude, au vu de la multitude de choses à mentionner pour bien s’imprégner de l’esprit de cette ville.

Il faut savoir que Kyoto est surnommé « la ville aux 2000 temples » et en toute honnêteté, on ne doit vraiment pas être loin du compte! Il est très facile de passer des heures et des heures à se balader dans les rues de Kyoto et à simplement passer de temples en temples tellement ils s’en trouvent à tous les coins de rues. Mais il faut parfois faire des choix, aussi nous avons consacré nos visites aux principaux et plus remarquables.

Nous citerons parmi eux, ceux que vous pourrez admirer dans la vidéo et sur les photos:

– le Tô-ji, temple de l’Est, symbolisé par sa pagode à 5 étages et les somptueuses statues de Bouddha en son sein (c’est dans l’enceinte de ce temple que se déroule le 21 de chaque mois, un grand marché aux puces que vous avez pu voir dans la vidéo du précédent article)

– L’immense Heian Jingu, sanctuaire Shintô, reprenant l’architecture de l’ancien palais impérial

– Le Kinkaku-ji, temple du Pavillon d’Or, niché dans son splendide jardin Zen et surplombant un lac où se reflète son image

– Le Fushimi Inari Taisha et ses 10 000 torii. Ce fut la découverte de ce séjour, une expérience extraordinaire que d’escalader pendant plus d’une heure sous des centaines et des centaines de ces portes rouges jusqu’à atteindre une superbe vue sur tout Kyoto et à mi-chemin, un lac niché au sommet d’une montagne. Magnifique!

– Le Kiyomizu-dera, temple sur pilotis surplombant la ville où la légende veut que s’il l’on survit à un saut depuis la plateforme en faisant un vœu, celui-ci se réalise. Aussi anciennement, de nombreux couples d’amoureux s’y suicidaient afin de pouvoir vivre leur amour éternellement. Aujourd’hui encore, il faut savoir qu’il est explicitement mentionné qu’il est interdit de s’y suicider.

– Et le Nijô-jo, demeure des shoguns Tokugawa, où l’on peut trouver le célèbre « parquet des rossignols ». Un parquet qui « chante » dès que l’on marche dessus, et cela afin de signaler tout intrusion dans le château et ainsi prévenir des assassinats (et donc des ninja, oui oui!). On retrouve notamment l’histoire de ce fameux parquet dans la série du Clan des Otori, excellents livres de fiction certes, mais que je vous conseille fortement si vous aimez le Japon médiéval.

Jeunes filles passant sous les torii

 Petit point de vocabulaire et de culture:

Les temples de Kyoto (et du Japon en général), se divise en deux catégories principales, les temples bouddhistes et les shintoïstes (qui est la religion animiste et native du Japon).

Ainsi les « tera » ou « ji » sont les temples bouddhistes, tandis que les « jinja », « jingu » ou « taisha » sont les sanctuaires shintoïstes.

« jo » quant à lui, que vous pouvez trouver dans l’appellation « Nijô-jo », signifie « château », vous le trouvez aussi dans « Odawara-jo » qui est donc le château d’Odawara, que vous avez pu voir dans l’article consacré à Hakone.

Pour finir, il faut enfin savoir que Kyoto est la ville des Geisha (ou « Geiko ») qui sont regroupées principalement dans l’ancien quartier, ou « hanamachi », de Gion (que vous avez pu voir dans la vidéo de l’article précédent).

Je ne ferai pas un long monologue dessus car il existe bien d’autres articles plus documentés et spécialisés qui leur sont consacrés (par exemple: lien wiki) mais TokyOdecadence étant fan, nous nous sommes rendus la nuit tombée dans Gion à l’affût de ces élégantes dames de l’ombre.

En effet, je dis « à l’affût » car les geisha sont des fantômes, qui se glissent subrepticement de maison (« okiya ») en maison et il est très difficile de les voir. Elles sortent quand les rues sont vides, à peine le temps de disparaître dans un taxi ou au détour d’une ruelle.

Alors oui, nous avons joué les paparazzis sur ce coup là, à rester des heures tapis dans le froid et le noir, mais il est tellement extraordinaire de pouvoir avoir une photo de geisha que j’espère que vous apprécierez autant que nous ces clichés rares!

Geisha marchant dans les rues de Gion

Maintenant, enjoy!

La vidéo:

Les photos:

______________________________

Note : Revoir ses images me rappelle à quel point le Japon a un patrimoine culturel important et qu’il y attache beaucoup d’importance ! Comme vous pouvez le voir tous ces temples pourtant si vieux pour certains sont dans un état impeccable. Parmi eux, quelques-uns ont été brulés ou même détruits par divers évènements historiques qui appartiennent au passé mais le gouvernement et le peuple japonais ont toujours mis un point important à les reconstruire et les entretenir correctement.

Bref, sinon demain on part pour l’île d’Okinawa pour une semaine, 3h d’avion, ça ne devrait pas être trop long ! C’est une île ou il fait très chaud et très humide, j’espère que nous n’aurons pas trop de pluie afin de ramener encore plein de beaux souvenirs !

______________________________

La phrase du jour en Japonais:

あしたおきなわへいきます、てんごくみたいにほんのしまです。

Romanji : Ashita okinawa e ikimasu, tengoku mitai nihon no shima desu.

Traduction : Demain nous allons à Okinawa, une île paradisiaque japonaise.
______________________________

Haut de page