Vue sur la ville de Kyoto et sa "Kyoto Tower"

Dans les rues de Kyoto

6

Bonjour à tous !

Vue sur la ville de Kyoto et sa « Kyoto Tower »

Désolés pour le retard de cet article mais avec le beau temps de ces jours-ci sur Tokyo, nous sommes plus souvent dehors à profiter du soleil que devant l’ordinateur. En effet, depuis plus d’une semaine les températures frôlent souvent les 20°C et c’est très appréciable!

Bref, comme vous le savez, nous nous sommes rendus une semaine à Kyoto afin de changer d’air et de visiter (même si nous y étions déjà allés il y a quatre ans) cette ville riche en patrimoine historique qui a été durant plus de dix siècles la capitale du Japon. Niveau tourisme, c’est la ville des temples (on en compte plus de 2 000), des jardins et des geishas.

Niveau logistique, pour ceux qui souhaitent se rendre à Kyoto depuis Tokyo, nous avons choisi de partir en Shinkansen (train rapide, équivalent de notre TGV français) qui n’est certes pas le moyen de transport le plus abordable mais reste le plus rapide et le plus confortable.

A savoir, il existe plusieurs sortes de Shinkansen qui font le trajet en plus ou moins longtemps (et donc plus ou moins chers), nous sommes partis avec le Kodama qui relie Tokyo à Kyoto en à peu près 3h (le Nozomi, le plus rapide, met environ 1h40 mais coûte presque trois fois plus cher) et sommes passés par ce site  pour acheter nos billets, que nous avons reçus trois jours plus tard directement à la maison.

Concernant l’hôtel, et ce sera la grande découverte de cette expérience, nous avons effectué la réservation via hotels.com et nous n’avons absolument pas été déçus.

Le mode d’emploi est simple, vous réservez et payez directement votre chambre en ligne via ce site en français et eux se chargent de tout le reste. Le jour J, vous n’avez plus qu’à vous présenter au comptoir de l’hôtel en donnant votre nom, tout est déjà réglé! Cela simplifie grandement les recherches et les démarches.

Voilà pour le côté « maiscommentdoncqueçasepassesimoiaussijeveuxyaller? »

Maintenant place aux images, qui pour ce premier article sur Kyôto seront consacrées aux paysages urbains et à la ville même.

La vidéo :

Les photos :

______________________________

Note :

Voilà, pour le petit aperçu urbain de la ville de Kyoto ! C’est une ville vraiment polyvalente en matière de tourisme, car il y a vraiment de tout, des vieux monuments à visiter, des milliers de temples, des musées et pleins d’activités locales ! Bref, je n’avais pas vraiment apprécié Kyoto il y a 4 ans car j’avais déjà fait une overdose de temples à Tokyo, mais cette année j’ai vraiment aimé cette ville calme et pourtant si grande et surtout le comportement de ses habitants, beaucoup plus aimables qu’à Tokyo !

______________________________

La phrase du jour en Japonais:

 きょうとにきょうとべんがはなしています。

Romanji : Kyôto ni kyôto ben ga hanashite imasu.

Traduction : A Kyoto, on parle le kyoto-ben. (patois)

______________________________

La salamandre

Rendez-vous chez le tatoueur

14

Bonjour à tous!

La salamandre

La salamandre est un amphibien urodèle ! 😀 Vous êtes contents de le savoir ? C’est aussi un animal qui vit chez Harizanmai !

Comme on a eu pas mal de commentaires sur ce sujet, l’article d’aujourd’hui sera consacré à la fin du tatouage de TokyOdecadence.

En effet, pour ceux/celles qui la connaissent (et les autres), un bref résumé de cette histoire d’encre avant d’entrer dans le vif du sujet.

L’histoire a commencé en avril 2009 par le premier rendez-vous chez Harizanmai avec le maître des lieux, Gotch, tatoueur de renommée internationale et spécialisé dans le style néo-japonais.

Ce qui devait être une simple pièce s’est rapidement vu étoffée de nombreuses autres heures de travail chez Tribal Act (studio parisien où Gotch officie en temps que guest lors de ces venues en France) pour finalement s’achever en ce mois de février 2013 à Kyoto, où tout avait commencé.

Donc voila, encore 6h30 d’encrage supplémentaires, pour un total de plus de 27 heures en 6 sessions, une fleur de lotus, puis une geisha, un chrysanthème et un masque de hannya (démon japonais) sur fond de tempête, laissé à l’imagination de l’artiste.

Gotch Tattoo

Gotch en plein boulot !

A savoir, vous pouvez retrouver Gotch ainsi que son apprenti Gakkin dans le très bel ouvrage français Tattooisme.

Précision: Vous ne verrez pas dans la vidéo ou les photos le tatouage dans son intégralité, pour la simple raison que ceci reste une pièce personnelle et que malheureusement, de nombreuses personnes peu inspirées ont tendance à voler des idées de tatouages sur le net pour se refaire exactement les même.

Âmes sensibles, attention il peut y avoir quelques images un peu sanglantes, et oui, on a rien sans rien.

Enjoy!

La vidéo :

Les photos :

______________________________

Liens :

Harizanmai Tattoo Shop: http://harizanmai.jp/

Tribal act : http://www.tribalact.com/

Article Wikipédia sur l’Irezumi, le tatouage traditionnel japonais: http://fr.wikipedia.org/wiki/Irezumi

______________________________

Note :

Bref, et Vinny Hardy pendant ce temps là ? Et bien Vinny, il a passé toute la journée dans la salle d’arcade qui se trouve à coté du studio de tatouage et il s’est fait cassé la gueule par tous les petits japonais au dernier Tekken … Par contre sur Street Fighter, je savais jouer mais là, il n’y avait personne pour me défier comme par hasard ! Donc, c’était aussi une bonne journée mais différente, j’ai même gagné une peluche qui tourne et qui fait des bruits ! xD Comment ça ? Ça ne vous aide pas à comprendre ? Bon je mettrais ça en bonus dans la prochaine vidéo alors ! 😀

______________________________

La phrase du jour en Japonais:

てのいれずみのことひじはいちばんいたいどころだとおもいます。

Romanji : Te no irezumi no koto hiji wa ichiban itai dokoro da to omoimasu.

Traduction : Je pense que concernant les tatouages sur les bras, le coude est l’endroit le plus douloureux.

______________________________

Sumo trophée

Tournoi de sumo

8

Bonjour les gens!

Sumo trophée

Le vainqueur du tournoi, le Rikishi « Kakuryû » !

Nous voilà de retour de Kyoto! Un peu fatigués mais bref, tout cela nous vous en parlerons plus tard, faisons dans l’ordre chronologique!

Aujourd’hui, comme prévu, ce sera un article sur le sumo et le tournoi auquel nous avons assisté le 10 février. En effet, grâce à l’école et même si nous ne suivons plus les cours depuis mi-janvier, nous avons pu assister à un grand tournoi de sumo à tarif réduit, car il faut savoir qu’il est plutôt rare de pouvoir voir ce genre d’évènement en temps normal, cela restant relativement cher (compter pas moins de 60€ pour des places de catégories inférieures dans ce type de tournoi professionnel).

Personnellement, nous y étions allé surtout pour le folklore, profitant de cette occasion qui s’était présentée à nous. Il faut savoir que le tournoi dure de 11h à 17h, nous nous étions donc attendu à nous ennuyer quelque peu, surtout que le sumo est un sport qui a la réputation d’être difficile d’accès aux néophytes (que nous sommes). Et bien je peux dire que ce fut une sacrée surprise! Car loin de nous ennuyer, nous avons passé une très bonne après-midi et nous nous sommes pris au jeu des supporters (si, si on peut supporter les rikishi, on a même eu droit à une fan hystérique à un moment donné :).

Alors certes, nous ne connaissons toujours pas les termes techniques mais le principal est que nous avons vraiment apprécié ce moment et que les six heures du tournoi (et plus d’une soixantaine de matchs) sont passées plus vite que nous ne l’aurions cru!

En résumé pour la petite vidéo, le match de sumo se termine lorsque l’un des combattants sort de l’aire de combat (délimitée par la corde) ou tombe. Alors ready? Go!

Avec la vidéo :

Et les photos :

______________________________

Note :

J’espère que tout cela vous plaira ! Après on repartira dans le calme de Kyoto et de ces monuments historiques pour le prochain article !

______________________________

La phrase du jour en Japonais:

かくりゅうはこくぎかんにさんじゅうななばんめのトーナメントをかちました。

Romanji : Kakuryū ha kokugikan ni sanjūnana ban me no tōnamento o kachimashita.

Traduction : Kakuryû a gagné le trente-septième tournoi au Kokugikan.

______________________________

Haut de page